De Rialus à Rilhac-Rancon

C’est au début de l’ère chrétienne qu’un certain Rialus, ou Relliacum, aurait donné son nom à Rilhac.
Tantôt appelée Rilhac-près-Beaune, tantôt Rilhac-près-Ambazac, c’est vers 1690 que Rilhac devient une prévôté du diocèse de Limoges, alors rattachée à l’époque à l’archiprêtré de Rancon.
Durant la période au cours de laquelle le territoire est placé sous la double autorité d’un prévôt et d’un curé, la commune devient finalement Rilhac-Rancon.


La commune

Rilhac devient une commune à partir de 1790. Le premier Maire, Jean Chabrol, est meunier au moulin de la Cane. Son moulin, construit vers la fin du XVème siècle, devient alors la première mairie de Rilhac.
Le premier mariage de la commune y sera d’ailleurs célébré le 28 octobre 1790.
Le moulin, dépendant à l’époque de l’Abbaye de Grandmont, devient en 1716, et après plusieurs successions, la propriété de Léonard Chabrol, également propriétaire du moulin de Mazelle, qui sera finalement rasé en 1978.
C’est en 1790 que Jean Chabrol est élu Maire de la commune de Rilhac-Rancon. Entre 1800 et 1815, Rilhac est toujours rattaché à Beaune. Jean Demathieu, alors Maire de Beaune, est nommé Maire des deux communes et Jean Chabrol devient son adjoint. Ce dernier décède finalement le 29 mars 1812.
​​​​​​​Rilhac se séparera alors de Beaune et deviendra une commune autonome à partir du 29 janvier 1815.


La mairie

Mairie.jpg

La mairie actuelle est située au Peyrou (mot qui évoque probablement l’existence d’un mégalithe) et a été bâti par la famille Depéret en 1613. Le monument du souvenir, ainsi que celui de la résistance, continuent de témoigner du lourd tribut payé par notre commune lors des différents conflits qui ont ensanglanté le XXème siècle.



L’église

rilhac _19_.jpg

Le 12 juillet 1812, Jean-Baptiste Fournier, un receveur général de la Haute-Vienne, achète pour 1200F l’église de Rilhac, ainsi que le cimetière de la commune. Il proposera finalement de revendre l’église pendant 20 ans, suite à la séparation des deux communes en 1815. Elle sera finalement démolie en 1832, après décision du conseil municipal de Rilhac. Il ne reste plus que le mur nord de l’ancien édifice, sur lequel est appuyée la maison qui fut, à l’époque, prévôté, puis successivement maison privée, presbytère, poste et de nouveau maison privée.
L’église actuelle, comme l’ancienne, est dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Elle fut finalement adjugée à construire le 28 décembre 1866, pour la somme de 16 090,56 F à Jean Bournazaud.